Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant

Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant "Triple" Blanc De Sport Hommes Toutes Tailles e1b847

Caractéristiques de l'objet

État :
Neuf avec emballage : Objet neuf, jamais porté, vendu dans l'emballage d'origine (comme la boîte ou la pochette ... En savoir plussur l'état
Shoe Size: 6 - 12
Lining: Textile Brand: Nike
Sole: Rubber Style: Trainers
Product ID: 921826-101 Main Colour: White
Product Line: Flyknit Upper Material: Textile
Model: Nike Air Max 97
Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant
Chaussures Paul Smith JULIUS Montants Naturel Cuir Grainé,Sneaker DIADORA CAMARO H ITA W 201.173896 Black,ADIDAS YEEZY CALABASAS TRACK PANTS Wolve Taille S,6 choses un homme veut une femme bryan reeves,Nike Mercurial Superfly Sg Id Bleu Noir Jaune Bottes Taille Us 9.5 (688578-981),Nike Hommes 's SF Air Force 1 Hi Noir Taille 8 EU [AA1128-002],GUARDIANI/SPORT FOOTWEAR MAN SNEAKERS LEATHER GRAY - 8471Chaussures pour hommes Chaussures pour femmes : Marque de tendance,FreeHommes CLARA MAGIC COLOR STRETCH Beige Chaussure pas,Asics Gel Tigre Asics Chaussures Gris Lyte V Sanze Une eROzHPr,messieurs et mesdames adidas hommes est a3 traiteHommest sp,nike sportswear air max 95 ultra essential trainers khaki oatmeal,Chaussures de fitness Under Armour Sting training Prix pas cher,Vous êtes en bonne santé pour la nouvelle année. air vapormax pas cher femmeNike Air VaporMax Plus "Noir-Doré Métallisé" Sneaker Hommes Toutes Taillesdes baskets nike bruin q chaussures en cuir noir r,l'ombre de catalyseur adidas originaux adidas ck gris nuage tubulaire,Adidas Originals Climacool 1 RUNNINGS Hommes Basket chaussures hommes chaussures Chaussure s,gianni versace couture des ballerines - femmes gianni versace couture chaussons de danse en ligne le royaume - uni - edBruce Lee Onitsuka Tiger Corsair Jeet Kune Do Blue Baskets Chaussures Taille 39 US 6,Chaussures Running Nike Air Max 90 Fille 8 15 ans Rose Bleu Fuchsia,Concours de chaussures folles du nouvel an nouvel,monsieur madame puma du daim classic , unisexe adultes eacute; faible haut rassurant moins cher que le prix excellent travail,nike zoom voler nike versatile flff blanc noir uk edbcd w,À la fin de l'année, je participerai au grand événeHommes t. Knowledge Cotton Apparel : 2016 vNouvel An attaque en ligne complète, super achat groupé Nouvelles,Yeezy Boost 350 v2 Static non Réfléchissante,NIKE AIR MAX FLAIR T 45 10 Baskets Homme JORDAN 2017 95 90 270 97 Noir,marc jacobs espadrilles - femmes marc jacobs 11130486oc espadrilles en ligne le royaume - uni -,Mjus DALLAS Camel Femme Chaussures Bottine Femme Camel f18e23,

La chute opérationnelle est le nom donné aux techniques de parachutage militaire de personnel et de matériel à haute altitude. Les techniques utilisées sont appelées MFF (Military Freefall, « chute libre militaire ») dans les Forces armées des États-Unis.

Ces techniques demandent une formation beaucoup plus pointue que le parachutisme militaire de base et elles sont essentiellement réservées aux forces spéciales. Leur principale utilité est de garantir une plus grande sécurité de l'avion largueur face aux défenses antiaériennes adverses car il opère à une plus grande altitude, et dans le cas des sauts type SOTGH/HAHO, à une plus grande distance de la zone d'atterrissage par rapport à un parachutage à ouverture commandée.

Deux chuteurs opérationnels avec leurs équipements.

Sommaire

Nike Air Max Max Max 97 Réfléchissant
Les différentes techniques de chute opérationnelleModifier

La chute opérationnelle se divise en deux grandes catégories, selon que l'ouverture du parachute se fait à basse ou à haute altitude. Dans les deux cas, le largage des chuteurs se fait à haute altitude, de 8 000 à 10 000 m. Cela correspond à l'altitude limitée par les possibilités des transporteurs[1].

Les sauts se font le plus souvent de nuit.

homme femme de nike air platine vapormax 2018 flyknit formateurs tous hommes taille pas si cher de mat,

La technique la plus ancienne de chute opérationnelle se fait avec l'ouverture du parachute à basse altitude. Elle est appelée HALO pour High Altitude-Low Opening, « haute altitude, ouverture basse ». Le SOGH, Saut Opérationnel à Grande Hauteur, de l'armée française n'est pas considéré comme une technique HALO car il se déroule entre 1 200 mètres et 4 000 mètres maximum[1].

Les techniques HALO se sont développées à partir des tests menées par l'US Air Force depuis les années 1940 sur des systèmes d'éjection et de parachute destinés aux pilotes d'avions volant à haute altitude. Dans le cadre de ces essais, le colonel Joseph Kittinger effectua le premier saut connu à haute altitude, le 16 août 1960, à près de 31 300 m.

Il est difficile d'attribuer exactement la paternité des sauts HALO, le saut en ouverture retardée à des altitudes de plus en plus élevées ayant été testé dans diverses unités parachutistes depuis la fin des années 1950. À cette époque, le 1er bataillon parachutiste de choc, un des deux bataillons de la 11e DBPC, explore ces techniques pour faciliter les atterrissages sur zones non préparées. Surnommés « chuteurs musette », ces chuteurs peuvent être considérés comme les précurseurs des chuteurs opérationnels[2]. De son côté, la CIA met au point des techniques similaires pour parachuter des Tibétains dans les montagnes himalayennes en Chine communiste[3].

Le premier emploi de ces techniques au combat eut lieu pendant la guerre du Viêt Nam par des commandos du MACV-SOG à la fin de 1970[4]. À la fin des années 1970, des unités de contre-terrorisme expérimentent des sauts HALO de masse pour infiltrer des équipes d'assaut de plusieurs dizaines d'hommes sur les lieux de prises d'otages[5].

Le HALO est utilisé pour parachuter hommes à une altitude suffisamment élevée pour que l'avion vole au-dessus des niveaux d'engagement par les missiles sol-air adverses.

Lors d'un saut HALO typique, les chuteurs sautent de l'appareil, tombent en chute libre puis, une fois arrivés à basse altitude, ouvrent leur parachute. La combinaison de la haute vitesse de chute et de faible vitesse horizontale permet d'éviter la détection par radar.

Le matériel lourd à parachuter est extrait hors de l'avion par un parachute, puis tombe en chute libre jusqu'à une altitude où son parachute cargo s'ouvre pour permettre un atterrissage à basse vitesse. Le personnel doit ensuite le récupérer sur son lieu d'atterrissage.

Soirée de carnaval du Nouvel An, bonnes promotions du Nouvel An! marr,

La chute opérationnelle avec ouverture du parachute à haute altitude est appelée HAHO (pour High Altitude-High Opening, « haute altitude, ouverture haute ») en anglais et en français DSV (dérive sous voile) et SOTGH (Saut Opérationnel à Très Grande Hauteur).

Le HAHO apporte une sécurité supplémentaire à l'avion largueur par rapport au HALO, car il permet de rester à une grande distance de la zone d'atterrissage des chuteurs en plus d'une haute altitude. Le chuteur saute de l'avion et ouvre son parachute[6]. Sa « voile » lui permet de planer sur une très longue distance, le nombre le plus souvent donné étant de 40 km pour un saut à 8 000 mètres d'altitude. Le chuteur doit calculer sa propre navigation pendant sa dérive sous voile, avec un compas, un système gyroscopique ou un GPS, ou encore en se guidant grossièrement en repérant à vue la topographie du terrain. Toutes ces techniques lui permettent de naviguer vers le point de chute souhaité, malgré le vent, les nuages et autres phénomènes atmosphériques. Généralement, le premier chuteur à avoir sauté de l'avion assure la navigation et ceux qui ont sauté derrière lui le suivent.

La DSV est principalement utilisée pour larguer des petits groupes de commandos loin derrière les lignes ennemies. La dérive sous voile apporte aussi une sécurité pour les chuteurs car leur zone d'atterrissage est imprévisible, alors qu'elle est située sous la trajectoire de l'avion pour le HALO.

La création du saut HAHO est également imprécise, car il est probable que bon nombre d'unités qualifiées HALO ont progressivement tenté d'ouvrir leurs parachutes de plus en plus haut. L'Intelligence Support Activity américaine aurait été la première à ouvrir la voie et à présenter la techniques aux autres unités comme la Delta Force, le SEAL Team Six puis les autres forces spéciales[7].

Missions très pointuesModifier

Pour un parachutiste, le parachute n'est qu'un moyen de transport, le combat constitue sa vraie mission.

Pour le chuteur opérationnel, la mission peut présenter différents aspects dans la "profondeur", sur les arrières ou à l'intérieur du camp ennemi. La mission y fixera suivant les cas : la recherche du renseignement, l'action ponctuelle sur un objectif ciblé, l'intervention au profit d'amis, l'avant-garde d'une opération terrestre[1] ...

Étant donné la spécificité des intéressés, aux effectifs modestes, les missions seront toujours très pointues et ponctuelles.

Risques pour la santéModifier

À haute altitude, l'oxygène est trop rare pour assurer une respiration suffisante. Dans cet environnement, les personnes sans équipement subissent une hypoxie, qui mène à l'inconscience. Au fur et à mesure que la personne s'approche de la Terre, le taux d'oxygène augmente. Cependant, la chute est souvent trop courte pour que la personne revienne à la conscience avant qu'elle ne touche terre. En cas de perte de conscience, un système ouvrira le parachute principal automatiquement à une certaine altitude préprogrammée. En conséquence, les chuteurs opérationnels doivent porter un masque à oxygène.

Un autre danger guette les parachutistes à haute altitude : le froid.
À haute altitude, la température est nettement inférieure à 0 °C. En plus, la vitesse de descente provoque elle aussi un refroidissement ; les chuteurs peuvent donc contracter des engelures, des vêtements appropriés leur permettent de prévenir ces blessures.

Formation à la chute opérationnelleModifier

Divers pays ont leur école de formation à la chute opérationnelle. Aux États-Unis, cette formation est assurée par la Military Free Fall School du John F. Kennedy Special Warfare Center and School (USAJFKSWCS)[8].

En France, seules des personnes déjà brevetées parachutiste et ayant une dizaine d'années d'expérience peuvent suivre la formation au SOTGH. La formation peut être suivie soit à l'école des troupes aéroportées (ETAP) de Pau, soit en interne au sein du commandement des opérations spéciales (COS), mais dans tous les cas, elle est validée par un personnel de l'ETAP[9]/.

homme femme: nike zoom ascention outdoor: bon vendre partout dans le monde,

L'équipement individuel "oxy"[10] est composé de matériels ultra-spécifiques et extrêmement coûteux: environ 75 000 . Par ailleurs le poids du bardage atteint facilement les 100 kilos[1].

  • un altimètre EL62
  • un appareil de sécurité déployant automatiquement le parachute :
  • un couteau
  • un casque EL50 avec son masque respiratoire
  • une paire de gants et tenues Gore-Tex
  • une paire de bottes militaires pour la chute libre (soulage les hanches)
  • un sac de matériel militaire d'une masse de 20 à 45 kg
  • HK MP5 SD
  • moyens de communication
  • système de navigation S.N.C.O
  • parachute Air Azur

Liste d'unités militaires faisant du HALO/HAHOModifier

 
Saut opérationnel d'un GCP du 1er Régiment de Hussards Parachutistes.
  • États-Unis
  • Fédération de Russie
  • Royaume-Uni
  • Canada
  • Belgique
  • France
  • Singapour
  • Allemagne
  • Israël
  • Australie
  • Suisse
  • Autres pays

Voir aussiModifier

  • 1er Choc, unité française ayant eu l'idée des sauts SOGH/SOTGH en équipe pour intervenir dans le cadre des opérations spéciales[11]

Notes et référencesModifier